Un savoir-faire unique

Éleveur avant d’être négociant

« Là où certains assemblent des lots de différentes origines en vue de créer des produits de qualité, les Cognacs Grosperrin façonnent des cognacs intrinsèquement uniques et rares, reconnaissables entre tous ».

La signature Grosperrin, c’est la confluence organisée de cinq éléments : l’Eau, le Bois, le Feu, la Terre, et le Métal. Chacun d’eux joue un rôle primordial dans le processus de création des Cognacs Grosperrin.

L’Eau
  • Les cognacs passent par une période de maturation longue dans des chais inondables situés sur les bords de la Charente. Cette maturation en chais humides leur confère une douceur naturelle, et rend inutile tout passage au froid.
  • Les cognacs vieillis en chais humides ou de plus de 50 ans ne sont jamais réduits. Pour les autres, une faible réduction « au degré d’équilibre » est opérée, en général, plusieurs années avant la mise en bouteille.
Le Bois
  • Seuls des fûts aux tanins légers sont utilisés, afin de préserver les typicités du terroir et des cépages.
  • Les « Folle Blanche » passent 24 mois au moins dans des fûts fabriqués avec des Chênes de la forêt du Tronçais, aux grains très fins, dont les bois sont séchés plus de cinq ans à l’air libre. Chaque fût est fabriqué par un Meilleur Ouvrier de France (M.O.F).
Le Feu
  • Les chauffes fortes des fûts sont proscrites, afin de limiter l’apport de composés aromatiques et permettre à l’eau-de-vie de conserver son fruité naturel, sans sacrifier l’élégance à un excès de vanilline ou de caramel.
  • De nombreux cognacs ont été distillés au feu de bois, soit parce qu’ils sont anciens, soit parce que les petits producteurs sélectionnés par Grosperrin ont fait le choix d’entretenir ce savoir-faire.
La Terre
  • C’est ce qu’un élevage non intrusif révèlera : une parcelle, un coteau, un cépage, un village, ses traditions, le génie d’un lieu et des hommes.
  • Chaque cognac Grosperrin reçoit une attention particulière, un élevage adapté à son terroir d’origine et à son histoire.
Le Métal
  • Le terroir est célébré chaque jour dans le chai de maturation grâce à une cloche en bronze. Elle sonne chaque heure du jour un Fa parfait, une note symbolisant en alchimie le cuivre, un métal contenu naturellement dans le cognac. Elle fait ainsi vibrer le cognac contenu dans les fûts tout au long de son processus de maturation, lui conférant plus de brillance et « d’éclat ». Cette cloche entretien aussi le lien que chacun entretien avec l’espace du chai dans l’entreprise, elle est là pour nous rappeler que le cognac est vivant et que nous ne sommes que les dépositaires des histoires qu’il porte en lui.
  • Le procédé de réduction mis en oeuvre pour certains des cognacs Grosperrin est unique. L’eau est purifiée puis vivifiée par des électrodes en cuivre et en argent afin de la bio-dynamiser, la rendant ainsi proche de « l’eau d’orage ». Elle interagit positivement avec le cognac grâce à ses cristaux harmonieux.